24 avril 2012

Shlohmo | Bad Vibes LP (2011)




C'est navrant de n'évoquer que si peu souvent les artistes qui ne font danser personne.

Prenez un masque, un tuba et plongez dans l'univers de Shlohmo. Vous ne serez pas à l'abri de croiser quelques sirènes se tortillant sur les rythmes aquatiques de ce jeune producteur de Los Angeles, la ville de tous les rêves perdus. N'ayez craintes si à l'écoute attentive et répétée des treize morceaux du LP Bad Vibes sorti l'été dernier, l'image d'un ballet de bulles vertes en shlomotion acclamant une partouze de méduses phosphorescentes vous vient à l'esprit. Ces illusions sonores et hallucinogènes, qui se permettront de pénétrer votre hémisphère droit à votre insu, n'auront pour résultat qu'une douce piloérection matinale. 
A n'éviter sous aucune sorte de prétexte.


Je vous présente avec allégresse mon quatuor de destinations favorites :


19 avril 2012

Salade de Noisettes Vol.3









J'ai eu la fabuleuse tâche de vous concocter la troisième Salade de Noisette et non la moindre, car assaisonnée de ma recette secrète garnie de produits de saison. 
Beaucoup plus dansante que les précédentes mais composée de tracks toujours aussi rafraichissantes, particulièrement grâce à l'apport de sonorités acidulées et électroniques soulevées par de légères vaporisations disco efféminées. Tout le charme de cette compilation se fera agréablement ressentir suite à l'accompagnement d'une douce ivresse ainsi qu'une note d'excentricité contrôlée ou d'un massage californien. Je me suis permis d'apporter quelques commentaires en mode wikiALIAT pour agrémenter votre culture et (qu'on se le dise) vous la péter tout à l'heure autour d'un blanc poire.



Tracklist :


Handbook - Hungry Bird
Handbook est un jeune beatmaker anglais, actif, talentueux et créatif qui compose une track toute les semaines et la balance gratuitement sur le net. Le problème est que l'on ne se lasse jamais de l'énergie intégrée dans ces morceaux et ses samples sont toujours parfaitement choisis. Hungry Bird est une très fine représentation de son travail et procure une généreuse euphorie caféinée. Il a sorti en février dernier Layerism, un LP de 10 tracks disponnibles gratuitement sur son bandcamp
Ce sera sans sucre pour moi.






Zee Avi - Concrete Wall (RAC remix) 
 
Derrière ces trois lettres se cache une mystérieuse et ingénieuse collaboration. Le Remix Artist Collective s'est imposé en 4 ans comme l'une des figures incontournables de la sphère indie pop avec pas loin d'une quarantaine de remixes faisant à coup sûr l'unanimité (Foster The People, Phoenix, Penguin Prison...). RAC, ce n'est pas uniquement des remixes, ils se tournent également vers la télévision, le cinéma et la publicité en composant la bande son de la série 90210 ou du film Holly Rollers. Ce remix de Zee Avi est un projet intéressant et hypnotisant dès l'écoute des premiers accords de guitare sèche, tant l'envie de partir et monter son ranch au Kansas avec trois chevaux et son chien nous prend.




Ryskee - Horrors Of Love (Jamaica's Sunshine remix)

 
Ryskee est un duo électronique et pop formé entre Paris et Copenhague par Leslie Ming et Paul de Homem-Christo (aussi connu sous le pseudonyme Play Paul). Ce nom ne vous parait certainement pas étranger car il s'agit tout bonnement du frère de notre Guy-Manuel national (la moitié des Daft Punk pour les ignorants). Il est de plus signé sur le label londonnien Southern Fried Records fondé par un mec pas trop connu dans le domaine dont j'ai oublié le nom. Fatboy Slim, un truc comme ça...
Ce remix, paru sur la compilation Kitsuné Parisien en 2011, mérite un levé de chapeau de paille au duo Jamaica qui a su donner la touche fraîche et funky à la version originale qui n'en était déjà pas moins désagréable.
Encore un titre qui aura du succès cet été sur les plages ardentes de Calvi...



Toro Y Moi - Dead Pontoon

Après deux albums studios ayant marqué un grand tournant dans l'histoire de la Chillwave, le jeune Chazwick Bundick, 25 ans, a.k.a Toro Y Moi (prononcez "moi" à la française) est de retour courant Avril avec June 2009, un ensemble de 10 tracks qu'il avait produit en marge de ses deux fameux LP. L'ensemble sortira sous forme de 5 vinyles 45 tours en plus des versions digitales et CD (un joli cadeau d'anniversaire si ta copine a bon goût). Je vous propose Dead Pontoon car il se marie très bien avec l'ensemble de la Salade, apportant sa touche rock-Lo-Fi texan-cow-boy souvenirs de vacances qui fait du bien.





Knight One - Onyx

Onyx, c'est de l'amour à la hollandaise. Non, pas celui du quartier rouge coco, mais celui d'une glissade en gondole vénitienne sur une perpendiculaire du Canalazzo. Car derrière ce nom chevaleresque se cache un producteur d'ecstasy musicale loin de penser qu'il ferait de chacune de ses tracks un rayon de soleil rose pastel aussi sucré qu'un enrobage de pomme d'amour. A écouter en imitant Alain Delon au bord de la piscine de l'hôtel (oui j'aime les vacances) et accompagnez-là de Kiss, sa précédente track qui prête à réinstaurer les slows/twists en nos chagrines soirées de 2012.





Discodeine - Synchronize (feat. Jarvis Cocker)

Je me demande si il est réellement nécessaire de commenter cette track, mais je vais le faire quand même pour ne pas discriminer ce très bon duo français, composé de Pilooski et Pentille, qui nous a composé Synchronize l'an passé, un ovni extra-temporel plus groovy que la Bar Mitzvah de Will Smith et au moins aussi swinguant que Stevie Wonder faisant du ski nautique à Dubaï. Ces deux fans de science fiction et de western franco-franchouillards ont trouvé un terrain d'entente avec Discodeine, un genre de dérivé chimique et futuriste de la discowave des années 80. A écouter aussi leur remix de Heartbreaker des petits gars de Metronomy.



M83 - Steve McQueen

Enfin une alternative à Midnight City ! Qui en plus d'avoir été utilisée sans autorisation pour donner du swagg à la campagne électorale de Marine Le Pen, commençait légèrement à se faire trop entendre par le toit ouvrant des Fiat 500 reluisantes des petites filles à maman des beaux quatiers. Steve McQueen, en plus d'être un champion de courses automobiles (et non une paire de lunettes pliables, jeune hipster) est le titre qu'a choisi de donner le groupe Antibois à l'une des 22 perles de son opus Hurry Up We're Dreaming, paru un peu timidement en France en 2011 chez les disquaires les plus pointilleux mais ayant fait plus de ravage qu'un cyclone aux Etats Unis. C'est donc 10 ans après leur formation et trois ans après le très bon We Own The Sky (dont le remix de Udachi est vraiment parfait pour faire une ballade freestyle en snowboard) que M83 nous balance des étoiles pleins les yeux à très grosses poignées.



Linus Loves - VH1

Nous entrons dans la passade un peu plus clubby de la salade avec à la barre Linus Loves, groupe de djs Ecossais sur qui je suis tombé un peu par hasard en me brossant les dents, avec le titre VH1. Plus réputés pour leurs remixs un poil commerciaux (Scissor Sisters, Ladyhawke, Jamiroquai), cette track de 2006 me semblait être légèrement en avance sur son temps, notamment par ses trouvailles rythmiques et un usage intelligent du synthé. Malgré son rythme à domination house, je la trouve nécessaire pour tout bon amateur du genre, car fraîche et revigorante. 





Daedelus - Curtains Don't Talk

Cet ancien clarinettiste natif de la West Coast américaine a du vivre des évènements assez marquant durant sa vie. J'explique : aujourd'hui producteur d'électro expérimentale / abstract hip hop, Daedelus s'impose comme l'un des plus éclectique musicien du moment. En passant de la bossa nova (Order Of The Golden Dawn, un petit bijou très relaxant) au post-dubstep (It's Madness (Nosaj Thing remix) pas loin d'une performance entre James Blake et Jamie XX si je peux me permettre), c'est avec curiosité que je découvre Curtains Don't Talk, un titre r'n'b passé à la débroussailleuse assez punchy et, il semblerait, bercé par la voix de Janet Jackson sous acide et des Beach Boys en bobsleigh. Indescriptiblement vitaminé.




Cristian Dinamarca - Needy

Yikes ! J'ai une très bonne nouvelle à vous annoncer ! La Swedish House Mafia sort un nouvel album !
Non je déconnais. Et heureusement. 
Néanmoins, Cristian Dinamarca, originaire de Stockholm vient de rejoindre récemment le très bon label Suédois de chicago/house/hiphop, Top Billin Record "and those artists need recognition" comme dirait l'autre et j'admet que je m'incline face à la qualité de leur travail. Propre, puissant, planant, il y en a pour tout le monde et la sorti de son EP Rey le mois dernier me ravi à chaque écoute et je vais certainement le rendre obligatoire dans les programmes scolaires et autres devoirs de vacances. J'ai choisi Needy sur les trois tracks de l'EP car je sens qu'il va très vite devenir culte dans les caveaux bien crades qui puent la trans' de Berlin. Le meilleur coup d'un soir que mes oreilles se soient fait jusqu'à aujourd'hui.



Bondax - You're So

Bondax, Bondax, Bondax. Trois fois Bondax. Ces mecs ont tout compris. C'est ma morning glory.
C'est parfait, professionnel, il n'y a rien à redire. Britain's got talent, je peux l'assurer. Sans trop m'éloigner du sujet, ce duo originaire de Lancaster (le "Bordeaux" Anglais) possède à son actif une petite dizaine de morceaux. Un ami m'a fait découvrir All Inside cet hiver et je suis tombé sous le charme absolu du côté naturel et enchanteur que pouvait dégager cette track. J'ignore encore s'ils sont des génies, mais je leur souhaite surtout de continuer sur cette lancée et de ne pas arrêter de nous faire "bonder".




Shlohmo - Rained The Whole Time (Nicolas Jaar remix)

Je n'oserai pas dire "le meilleur pour la fin" par respect pour les précédents, mais le désormais très célèbre Nicolas Jaar remet le couvert après une année forte en émotions lui ayant valu son actuel succès grâce à un magnifique album, Space Is The Only Noise et son dernier et savoureux EP Don't Break My Love sorti en décembre dernier dont j'avais déjà évoqué le nom en cette période. A la tête du label Clown & Sunset, ce jeune producteur originaire de New York signe un remix soigné et langoureux du réputé dj de LA, Shlohmo. Un genre de trip organique bon pour le corps et l'esprit, qui conclut à merveille ma sélection musicale printanière et qui, je l'espère, vous redonnera foi en l'avenir de la musique.



Au plaisir.
HBSN









16 avril 2012

KAMASUTRACK .01 - MARBLES




KAMASUTRACK

"Des questions cocasses pour des réponses musicalement loquaces."
 


Oui c'est le printemps, oui ça bourgeonne, mais non, on ne se relâche pas.
C'est tout du moins notre rencontre avec le jeune groupe de rock indie MARBLES qui nous le prouve.
Pour son nouveau délire, ALIAT est venu titiller les esprits musicaux des membres de ce mystique et très effervescent quartet pour en extraire la cellule souche de leur fascinante énergie scénique.
C'est ainsi sans pudeur que nos invités Max, Thibault, David et Lessia nous ouvrent les entrailles de leur intéressant et harmonieux répertoire rock'n'drôle.







I - Quel morceau voudrais-tu rendre obligatoire dans les programmes scolaires?
 
 Cramm - Three Trapped Tigers


Max (Chant/Synthé/Basse) et Thibaut (Guitare) : A mettre a fond ! D'une part pour très vite obtenir le calme dans la salle, et puis parce que si il y a un groupe autour duquel on se retrouve tout les quatre, c'est TTT. C'est hyper technique, barré au possible, strident, mais très accessible, finalement.

Le gros problème de beaucoup de groupe de ce genre (Math/Rock – Post Rock, Electrovegetariancore), c'est que l'excuse de la complexité cache souvent un discours émotionnel assez pauvre, mais l'album duquel Cramm est tiré (Route One or Die), lui, s'écoute d'une traite, et on ne s'ennuie jamais, il y a une vraie efficacité pop, la même qu'on retrouve dans Battles et Consorts. On a découvert ça au festival Out of the Crowd, l'an dernier, depuis on en mange tout les jours, matin midi et soir, il devrait même remplacer toutes les sonneries de fin de cours de tout les lycées et collèges de France.



II - Quel morceau écouterais-tu en rentrant bourré au petit matin?


David (Guitare) : Le soleil est une ampoule… Il est vrai qu'après toute une nuit éveillé, on pourrait s'y méprendre ! Légère et frivole, la guitare acoustique se marie à la perfection à la voix envoutante de Steven Wilson dans une introduction tout en douceur. En quelque sorte parfaite à qui aurait besoin d'un Dolicrâne.
Cette légèreté, c'était sans compter l'arrivée peu après, de la basse, batterie et distorsion, histoire de bien se réveiller et remettre les idées au clair après cette nuit agitée. Rassurez-vous, le tout est à la fois puissant mais certainement pas usant à écouter. Un solo de guitare, puis un autre, quelques reverbs et delays bien ajustés. Non ce n'est pas ce rock agressif plongé dans un épais ragoût de guitares saturées, c'est simplement efficace, clair et complètement motivant pour qui souhaite regagner son chez-lui, avaler un demi litre d'eau gazeuse et terminer sa nuit.
Ça tombe bien, c'est juste le temps d'arriver à l'outro, où l'on retrouve notre chère guitare acoustique cette voix si particulière sur quelques bruits d'enfants qui jouent...
Il est temps de rejoindre le monde des songes !


III - Quel morceau serait-on surpris de trouver dans ton mp3?

 
Max : C'est très geek, je sais, mais cet OST squatte mon iPod© depuis plus un an (et de toute façon, je suis un très gros geek). Le jeu en lui même retourne le cerveau, mais la musique reste bien ancrée dans l'esprit de ceux qui y ont gouté, tant elle est fabuleuse. Cette boucle par exemple constitue une infime partie du jeu où il ne se passe finalement pas grand chose, mais je me souviens m'y être arrêté pas loin de 20 minutes pour écouter cette boucle.
Le truc monstrueux chez Yamaoka, c'est la dimension qu'il donne à ses nappes de synthés et de guitares, c'est à la foi glauque et magnifique, pas juste mais musical, opaque mais lumineux, avec un beat un peu hip hop storytelling, c'est une belle leçon de "avec 3 notes, je te raconte une histoire". Du coup, avoir cet OST dans les oreilles aide a transformer n'importe quel endroit ou tu passes en truc paranormal, il y' a d'ailleurs une grosse influence Yamaoka quand j'ai fabriqué la nappe qui introduit This Town.


IV - La track qui fait le plus pleurer au monde?

Thibaut : Dès les premières notes, le ton est donné. Seule track sombre du sublime album de Baths, cette chanson, simple mais touchante, à un potentiel émotionnel immense.
Il faut attendre deux bonnes minutes avant d'entendre (enfin) le refrain qui m'apparaît comme une explosion de douleur. Puis cette phrase qui revient sans cesse...
Nous avons chacun une chanson comme celle là, dissimulée au fin fond de notre mp3, qu'on ne sort que les jours de déprime passagère. J'avoue ne jamais avoir versé de larme pour aucune jolie mélodie. Mais si un jours ça devait arriver... c'est évidemment celle-ci que je choisirai !



V - Quel morceau conseilles-tu pour réussir à conclure?
 
Max : Un pur trip. Sakamoto improvise au piano et Alva Noto glitche ses phrases, puis les sample, les tord, transforme les petits défauts sonores (le clip, notamment) pour en faire quelque chose... d'une autre planète tout simplement.
Il n'y a rien d'autre que du piano, mais ce seul instrument nous emmène très loin. Objectivement, il n'y a rien de romantique, mais ce morceau a deux des plus grandes qualités pour accompagner une roucoulade : d’une part il y'a cette atmosphère ultra minimale, qui laisse une forte place à l'imaginaire, donc à l'envie, et d’autre part, on y trouve ce que je crois être le must en matière de romantisme : une track purement instrumentale. A mon sens, il est d'usage dans ces derniers moments (où le désir bat son plein et ou les hormones font festin de nos sens), que tout le monde ... la ferme.
Et puis (à titre plus personnel), entendre Bono, Doherty ou Chris Martin beugler derrière moi dans ce genre de moment, ça aurait plutôt tendance à freiner mes ardeurs.


VI - Quel morceau pour se promener dans Londres? 


Lessia (Batterie) : Parfait pour zoner dans les coins d'Elephant & Castle (où se trouve le BretonLABS, au passage), c'est peut-être le tableau londonien qui caractérise le mieux l'Angleterre telle que nous l'idéalisons, même si Londres n'est pas a proprement parlé la ville anglaise qui nous attire le plus. Nous, ce serait plutot la grisaille mancunienne des Smiths, New Order et Stone Roses, ou encore Bristol, d'où viennent Portishead et Tricky.
Toutefois, on rêve tous du jour ou on se retrouvera à Buckingham Palace autour d’un bon thé avec Sa Majesté qui nous donnera son avis sur le nouvel album de Skrillex.



VII - Quel morceau écouter après une rupture difficile?


Thibaut : J'imagine que pour toi aussi, cette chanson évoque la bandes originales d'un film à caractère pornographique !? Je pense que c'est voulu. Mais va savoir pourquoi, j'adore cette chanson.
Ça paraît évident ! Après une rupture difficile, tu as deux solution : soit tu continues à pleurer toutes les larmes de ton corps en crachant ta colère sur ton skyblog... soit tu relèves la tête. Cette chanson colle parfaitement à la deuxième solution. Bon, j'exagère peut-être un peu... Mais l'idée est là !
Parlons crûment : cette chanson exalte la sexualité effrénée et démesurée, remède immuable de tous les maux.


VIII - Quel morceau tu mettrais lors d'une attaque de zombies?   

Lessia : J'adore Mars Volta pour cet univers schizophrène et mulitforme qui lui est propre.
J'adore l'entrée explosive de la batterie… sans aucune transition! A partir de cet instant il y a une super tension qui s'installe et qui ne quitte jamais le morceau. Elle s'apaise parfois, mais reprend de plus belle. Le rythme soutenu par les guitares me fait penser à une course poursuite trépidante qui se termine à bout de souffle. Du début à la fin, on est submergé par la puissance de ce morceau (qui porte d’ailleurs merveilleusement bien son nom), idéal pour dégommer du zombie au petit matin !


Bonus Stage - Quel est le morceau que vous mettriez pour faire repartir une soirée?

A la fooking unanimité : 

Tout simplement parce que c'est le Band of the Year. C'est catchy, dansant, un peu "culture du sample", gorgé de bidouille electro, pas ostensiblement pop, mais quand même un peu. On les compare souvent à Foals, mais leur groove un peu plus froid, donne clairement une impression de renouveau par rapport a cette influence. Ils créent ainsi un univers qui n'appartient qu'à notre époque, comme quoi malgré le spleen ambiant, la crise économique et imminente invasion de nyan cats qui nous guettent, on peut encore trouver matière à danser... rien de mieux pour faire redémarrer une fête après le quart d'heure américain.




_______________________



More MARBLES ?


Soundcloud
SiteWeb






10 avril 2012

[ALIAT] .02

Download Zip File


Petite piqûre de rappel, [ALIAT] c'est le concentré UK Garage, Post-Dub & ChillStep  qu'il te faut pour voyager, caresser les nuages, remuer la tête d'une manière intéressante et désintéressée.
Aussi idéale pour siroter un Irish-coffee sur ton balcon à 7h53 en appréciant une aurore frileuse qu'allongé dans ta décapotable rouge vif en admirant une pluie de comètes, juché sur ta colline favorite une douce nuit d'été.


Tracklist :

01 Nostalgia 77 - Sleepwalker (Ambassadeurs Remix)



02 Labyrinth Ear - Humble Bones (Girafage Remix)



03 Bondax - All I Want



04 JAW JAM - Somebody 2 Luv



05 Leon Chase - Do Without You



06 The Weeknd - Lonely Star (Sango Remix)



07 Synkro - It's



08 Lemonade - Neptune (Sinjin Hawke Remix)


09 MMOTHS - Summer (feat. Superhumanoids)



10 Falcons - MustBeLuv


11 Handbook - NeverGonnaStop


12 Hans Zimmer - Time (Auva Chillstep Remix)


ALIAT