12 décembre 2012

Best of the year 2012





J'ai beaucoup d'amis qui, plongés en plein désespoir musical, se surprennent un jour à taper "meilleure musique 2012" sur leur moteur de recherche favori. Je trouve ça triste. J'ai envie de les envelopper de mes bras et de leur dire "ne t'en fais pas mon petit chéri, Aliat est là pour toi."
Et en effet, la rédac' vous propose aujourd'hui ce que l'on appellerait, dans le jargon populaire, un "Best Of 2012". Au cas où vous auriez trouvé le moyen de vous couper de l'actualité musicale. Nous ne sommes pas les Inrocks donc non, nous ne ferons pas comme s'il était évident d'avoir entendu parler de ce nouvel EP au titre délicieusement hype de ce groupe alternatif mystérieux pop éléctro indé venu des plages Islandaises. Et allons supposer qu'il peut arriver à tout le monde de ne pas connaître par coeur la tracklist du dernier Eugene McGuiness. Nous pouvons nous mettre d'accord sur le fait que 2012 fut un très bon cru en matière de découvertes, d'albums et de styles musicaux.
Voici donc une liste non exhaustive de quelques albums, artistes et tracks à mettre d'office dans son lecteur MP3 500 dernier cri, si vous ne les aviez pas déjà.




• Fornication non protégée sur le dancefloor :
TNGHT
Cashmere Cat
Disclosure
Bondax

Flosstradamus
Baauer

• Illumination divine au petit matin :
Aluna George
Jerome LOL

Romare
Olympia Fields
Chromatics
Kendrick Lamar

• Tea Time royal en maillot de bain :
The Lemon Queen
Poolside
Rhye 

• Et bien sur les artistes ayant collaboré avec ALIAT cette année :
Awkoder
Marie Madeleine
Capture
Fauve
The Aerial
Hoboken Division
The Fat Badgers
Lacet
Marbles
Da Pyjama Club



• Crises de Tachycardie :
Alt J (∆) : An Awesome Wave
Matthew Dear : Beams
Crystal Castles : (III)

Boys Noize : Out Of The Black

• Montées d’adrénalines :
Django Django : Django Django
Electric Guest : Mondo
Keaton Henson : Dear
Sébastien Tellier : My God Is Blue
T.E.E.D : Trouble

• Les albums-défibrillateurs :
Gonzales : Solo Piano II
Dirty Projectors : Swing Lo Magellan
Grizzly Bear : Shields

Flume : Flume

• A écouter dans un train traversant la lande, les yeux rivés sur l’horizon :
Balthazar : Rats
Beach House : Bloom
The XX : Coexist 

Kendrick Lamar - Good Kid, m.A.A.d City



Originales :
Last Lynx - Killing Switch
Fauve - Nuits Fauves
Cashmere Cat - Mirror Maru
Flume - Holdin'on
Django Django - Default
Beat Club - Something Better
The Lemon Queen - Sailing In A Wild Love
Bondax - Gold
RAC - Hollywood (featuring Penguin Prison)
Disclosure - What's In Your Head
Grizzly Bear - Yet Again
Alt-j - Breezeblock
Jai Paul - Jasmine
Autre Ne Veut - Counting
Tourist. - Placid Acid 
Chromatics - Into The Black
The XX - Tides
Aluna Georges - Your Drums, Your Love
TCTS - 1997
Romare - Down The Lines
Crystal Castles - Affection  


• Remixs :
Lana Del Rey - Video Games (Flosstradamus remix)
Four Tet - Lion (Jamie xx remix)
Shlohmo - Rained The Whole Time (Nicolas Jaar remix)
Nouveau Palais - Drama (Canblaster & Sinjin Hawke remix)
Satellite Stories - Sirens (Slow Magic remix)
Friends - I'm His Girl (Aluna George remix)
Rudimental - Not Giving In (Bondax remix)
Metronomy - The Look (TIP's shook shook remix)
Ryskee - Horrors Of Love (Jamaica sunshine remix)










Merci à tous de nous suivre sur ALIAT, vous êtes de plus en plus nombreux et grâce à vous, nous faisons des découvertes fabuleuses sans arrêt.
Je peux t'assurer sans prétention, Ô lecteur mélomane invétéré, qu'en 2013 tu entendras beaucoup parler de nous. Puisse ce best of 2012 te rassurer dans la qualité de tes choix musicaux et te permettre de garnir avec brio ton répertoire "so indé".
N'hésitez pas à nous soumettre les artistes vous ayant marqué et nous envoyer des photos de votre sapin de noël. 

Rouge, Cek et HBSN vous souhaitent de putains de joyeuses fêtes de fin d'année.



 

05 décembre 2012

Live Report : Crystal Castles @ Rockhal (LU)



Dimanche 2 décembre.
Rockhal, Luxembourg.
20h30 : Taux d'alcoolémie correctement ajusté pour l'occasion, excitation grandissante. Juste l'excitation. Pour l'instant.

Petit rappel des faits : Crystal Castles, pour la tournée européenne de leur troisième album (III), fait escale à la Rockhal, salle de concert réputée pour la qualité de son agenda depuis quelques années au Luxembourg.

Du coup, au lieu de vous faire gagner des places comme l'auraient fait d'autres webzines, je me suis porté volontaire pour aller vivre l'évènement directement sur place. Sisi ça me fait plaisir. 
Sans hésitation j'embarque Christelle et Alex, les deux plus déjantés de ma promo, se mutiler les tympans à l'anarchie musicale à laquelle je veux assister depuis environ 5 ans.

21h : Entrée dans une salle moyennement grande ou trônent en fond de scène les deux personnages de la pochette du dernier album. Plutôt majestueux. La trentaine de fans ayant fait la queue dans le froid depuis plus de deux heures pourront vous le confirmer.
On se chauffe gentiment sur fond de Joy Division et de tech-house en enchainant les verres. Le petit public un peu timide à première vue nous laisse un peu dubitatif sur l'évolution des évènements, mais on sait s'amuser et foutre l'ambiance, nous.




22h : Tout s'arrête. Place aux stroboscopes épileptiques et à la fumée grasse et opaque. Une silhouette fine et titubante fait son apparition dans le brouillard, il n'a pas fallu attendre 10 secondes que la sirène de Plague retentit violemment et fait monter l'adrénaline. Acoustique parfaite, public en furie, Alice Glass et Ethan Kath au top de l'ivresse. 
Je décolle. 
Puis vint le tour d'Alice, n'ayant pas hésité à se jeter dans la foule à la moitié du premier morceau. En fait, quand t'as ce genre de reine du show qui te saute dessus, t'as qu'une envie, c'est de la garder pendant une heure à bout de bras et lui faire comprendre que t'es pas venu pour hocher la tête au fond de la salle.





Enchaînement de morceaux aussi classiques que récents, incapable de redonner la playlist, si ce n'est que variations entre Crimewave et Violent Youth, toujours dans la frénésie la plus absolue, saturation auditive et compression de sa voix d'outre tombe. Micro qui vole, arrosage de Jack Daniels pour tout le monde, entre l'émeute et l'assaut de carnivores sur la dernière part de viande rouge au monde. Il ne faut surtout pas avoir peur de se battre dans ces moments là.




La chanteuse oscille entre la scène et la foule, ses yeux partent de plus en plus en live, le flow effréné du batteur mêlé à la chaleur corporelle des jeunes groupies maintiennent un rythme cardiaque de croisière aux alentours de 125 BPM ainsi qu'une pression artérielle triplée.





Adulée, acclamée, désirée, touchée, embrassée, cette bête de scène aura su garder son public alerte durant la grosse heure de rave intersidérale. Une épopée violente mais trop courte à mon goût, or comme toutes les bonnes choses, il fallait bien une fin.

Du coup on a plagié la pochette de leur premier album, pour le style.



HBSN

 




27 novembre 2012

J'ai écouté l'EP de the Aerial sur un baladeur CD



Le CD trônait/traînait sur mon bureau. J'ai essayé de l'insérer dans mon nouveau PC. Mon nouveau PC n'avait pas de lecteur CD.
Face à la hass, j'ai voulu mourir, mais je me suis ressaisie ; j'ai pris mon courage à deux mains et un baladeur Philips dans l'autre, et je suis vaillamment partie en cours. Je me suis tapée l'affiche à mort en passant devant la fac de droit (arborer un baladeur devant des étudiants de droit, c'est comme manger des chips Winny devant un restaurant gastronomique). Comme je suis un putain de samouraï, j'ai réussi à garder la face et puis j'ai appuyé sur play. (ouais ouais, on y vient enfin, merci de me laisser vous lâcher mon petit storytelling) 
Et j'ai dû me rendre à l'évidence : les quatre garçons ont encore frappé fort. Les deux titres de A day like this sont tellement catchy qu'ils collent au cerveau comme du chewing-gum Hubba-Bubba. "I do it all just to see you smile, do it all just to see you smiiiile" : passez-vous Greatest Heights au petit dèj et je vous mets au défi de ne pas la chanter toute la journée. Et le refrain, très Smiths-esque : "Oh take me out tonight (..), I wanna see the blinding lights". Si vous êtes un humain normalement constitué, impossible de résister à cet hymne disco-pop ultragai (ne voyez aucun sous-entendu dans le choix de mes adjectifs). Le morceau éponyme, plus sobre, reste délicieusement rythmé et brillant.

Qui a dit qu'il fallait se prendre la tête pour faire de la bonne musique? Celle des Aerial est précise, efficace, mais aussi extrêmement libre : elle va taper dans les clichés de la pop, puis aussitôt dynamiter ceux du rock 00s, avant d'aller chiner du côté du hip-hop, de ressusciter les sonorités cold-wave... 
Étonnamment, le résultat est simplissime ; évidemment, ça fonctionne. Redoutablement bien.

Si vous êtes trop jeune pour avoir un baladeur CD ou si vous avez une dignité un peu trop prononcée, vous pouvez écouter A day like this ici.
Pour une fois qu'indie ne rime pas avec chiant.

Un jour comme ça, il faut le commencer quand il fait encore nuit, dans l'air gelégelé et revigorant comme un shot de vodka sorti du congèl', les yeux sous la capuche rivés sur les formes que dessine la fumée échappée de tes lèvres ; il faut le continuer comme un gosse, à écouter en silence, sourire secret scotché au visage, à tomber amoureux pour de faux des gens dans la rue et à sauter dans les flaques de boue. Enfin, il faut le finir sur l'autoroute, sur le toit d'une voiture dans les embouteillages. Le ciel comme un couvercle, tout ça.
Bonne écoute.

Rouge



More Aerial ?

The Aerial M∞D
Facebook
Soundcloud
iTunes
BandCamp

 



24 novembre 2012

Poudreuse poudreuse.







On continue notre tour d'Europe slave et félin : après Cashmere Cat en Norvège le mois dernier, faites place à Last Lynx, cinq suédois aux accords séduisants. Entre une pop bas des pistes et une légère ambiance téléphérique, ce mélange juteux est une vraie fontaine de jouvence pour ta playlist "je me les pèle - 2012". Avec une telle efficacité on peut s'attendre à les retrouver un peu partout sur le vieux continent dans les mois à venir. Alaska, l'EP de tes nuits blanches et de tes cauchemars les plus beaux.







 

20 novembre 2012

S-Type - Billboard EP






Glasgow ne se différencie que très peu de Chicago aux premiers abords. Hip-Hop, guerre de gangs, trafic d'armes... 
Sauf qu'a Glasgow, ils ont S-Type.
Trap beat relevé au whisky pur, explosion de saveurs new yorkaises, bouffées d'air pollué revigorantes, abondante suée en seulement trois pauvres kilomètres à pieds dans Central Park, panneaux publicitaires vivants et graisse de friture sur les poignées de portes. C'est ce que je ressens en écoutant Billboard, l'EP qui donne envie de sortir de chez soi et de courir en gueulant qu'on ne sait toujours pas pourquoi on n'a pas grandi dans cette région du monde. Vivement la suite en 2013.

Convaincu.
HBSN


Tracklist :

Billboard
Flyp City
Sensi Star
Walrus
Whole Lotta
You Da Best 













 



29 octobre 2012

KAMASUTRACK. 02 - FAUVE




En 2012, le monde était vraiment en bordel. Les gosses ne faisaient plus la différence entre la télé et la réalité, les trentenaires jouaient aux adultes, les vieux se prenaient pour des jeunes, et les jeunes se prenaient la tête, en particulier à propos du candidat pour lequel ils allaient voter. Dans Secret Story, pas à la présidentielle. A peu près tout le monde manifestait une propension assez extraordinaire à se voiler la face, dans le mépris le plus total de la loi anti-burqa du 11 avril 2011, soit dit en passant.
Et puis il y avait des collectifs comme Fauve. Des gens capables de nous filer des frissons dans l'échine en 4 minutes 36 (Kané). Des gens capables de nous commotionner, de nous foutre mal à l'aise, de chambouler complètement nos repères, et la seconde d'après de raviver en nous une putain d'envie de vivre, une espérance toute neuve. Des gens capables de dire des trucs comme “Mais il faut pas que tu désespères, perds pas espoir ; promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire. Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand, qui sauve la vie, qui trompe la mort, qui déglingue enfin le blizzard ». (Nuits Fauves)
D'aucuns me diront sûrement : « Du calme meuf, c'est juste un groupe... ». Ce à quoi je répondrai, un peu pompeusement peut-être mais avec sincérité, que oui, Fauve n'est qu'un groupe, mais de la même manière que le diamant n'est qu'une pierre. Ceux qui ont écouté leurs rares mais denses chansons confirmeront.
On a eu la chance de s'entretenir avec Quentin, Stéphane, Noki, Pierre et Siz, pour leur poser quelques questions à propos de ce qui se trame dans leurs walkmans. (on vous a pas dit que les iPod c'était beaucoup trop 2011?) La bonne surprise, c'est qu'en plus d'être passionnés, hyper éclectiques et délicieusement perchés, ces fauves-là sont aussi très très drôles – les réponses chelous qu'ils ont apportées à nos questions cheloues méritent de figurer au Panthéon de la chelouterie.



1. Quelle est ta track "plaisir coupable" ?


Quentin : Céline Dion - "Pour que tu m'aimes encore". Et je sais très bien que je suis pas le seul. Soyons honnête ce morceau est incroyable. Ultra bien ficelé, ultra chialant, ultra trop bien. Faut dire qu'à l'époque Goldman était en grosse forme.


Stéphane : Blink-182 - "Reckless Abandon". Ne nous méprenons pas, je suis un grand fan de Blink et j'assume toujours autant (si ce n'est plus qu'avant). C'est juste que ce titre est globalement assez pourri par rapport à ce qu'ils ont fait précédemment : mélodie assez pauvre, refrain relou, prod surgonflée dégueu... il y a que la batterie qui en vaille la peine (comme souvent à partir de cet album). Ils sont vraiment partis en couille après et en fait, ils avaient déjà commencé à ce moment-là. Pourtant, je sais pas pourquoi, je peux pas résister à ce titre... parce que même si c'est naze c'est juste ultra-catchy, sorte de ritournelle horrible qui colle au cerveau et que tu te prends à fredonner après l'avoir écouté... infernal... Les mecs ont quand même un vrai talent dans les mélodies, on peut pas leur enlever ça.

Noki : Rim-K - "Boozillé" "On vous blesse / C'est la BS"...



2. Quelle track pour te séduire ?


Stéphane : Une que je connais pas et que je trouverais géniale.

QuentinNancy Sinatra, "These boots are made for walking". Trop fadoche.


3. Quelle track écouterais-tu pour un road trip ?


Stéphane : Tout dépend de l'heure, de l'endroit, du temps qu'il fait dehors, à quel moment du voyage on se situe, etc.

 Si c'est sur une route déserte de nuit, en grande ligne droite, pied au plancher parce qu'on a besoin d'avaler encore un paquet de kilomètres... alors incontestablement Queens of The Stone Age, "Go with the Flow". Mécanique, pendulaire... avec ça c'est plus une bagnole que tu conduis, c'est une locomotive. Le clip illustre parfaitement ça.

Il y a aussi Millionaire, "Ballad of pure thought". Quand c'est le lendemain en fin de matinée, après avoir roulé toute la nuit, que tu commences à fatiguer, que le soleil te brûle les yeux, que t'es toujours au milieu de nulle part et que tu lèves un peu le pied parce que de toute façon t'en as encore pour des heures de route donc autant profiter du paysage.



Une dernière (pour la route): Chromeo - "100%". ça c'est plus quand t'es en mode chill dans ta Testarossa décapotable blanche sur la highway au bord de Miami Beach, les palmiers le long de la route, le soleil couchant sur la mer au loin. Tu t'es sapé en costard jaune, normal, tu vas boire quelques drinks avec la bimbo blonde qui est à la place du passager.


Il y a des centaines de chansons que je mets en bagnole quand je fais de longs trajets, je pourrais en citer un paquet d'autres.

PierrePaul McCartney - "Momma Miss America". L'incarnation musicale du mode CRUISIN (et une des lignes de basse les plus cools de l'histoire de la ligne de basse).


Quentin : Stupeflip - "Les cages en Métal"


4. Quel morceau voudrais-tu qu'on passe à ton enterrement ?


StéphaneThe Kinks - "Strangers". Putain de marche funèbre qui en fait parle de la vie... "But If I live too long, I'm afraid I'll die". Un de mes titres préférés de tous les temps, point.


Quentin : Bob Dylan - "Mr. Tambourine Man". Et si possible la version live qu'on trouve dans les Bootleg Series Vol. 4 parce qu'elle est deux fois plus longue. Mon choix changera jamais parce que ce morceau restera pour l'éternité dans le top 5 des chansons les plus classes de tous les temps. Le live à Newport de 1965 est mortel aussi ("Does anybody have an E harmonica ? An E harmonica, anybody ?") :


SizThe Doors - "The End". Because it would be fucking epic for people to listen to that song in that specific state of mind, no ?

(Parce que ce serait putain d'épique pour les gens d'écouter cette chanson dans cet état d'esprit-là, non?)



5. Quelle track écoutes-tu après l'amour ? (enfin après la baise, parce que l'amour c'est pour les pédés)


Stéphane : Je crois que c'est le seul moment où j'ai pas envie d'écouter de musique.

Quentin : Patrick Sébastien - "Pourvu que ça dure"



6. Quelle est la track que tu juges la plus inspirante?


StéphaneLagwagon - "Over the Hill". Déplacer des montagnes même si c'est pour être déçu au final, se casser la gueule mais retomber sur ses pattes, tout ça avec le sourire. Putain de titre le plus optimiste du monde.

Quentin : Le Chant des Marais



7. Tu découvres la machine à remonter le temps et tu as la possibilité de rencontrer Mozart. Quelle track voudrais-tu lui faire écouter ?


Siz : "Kick in the Door" by Notorious B.I.G. aka Christopher Wallace. And I'd tell this Mozart dude why Biggie Smalls only lived to record one album before he got shot in a dumbass gangster/money/pride feud between thugs. But i'm not sure he'd get it. 

(Et je raconterais à ce Mozart pourquoi Biggie Smalls a vécu seulement le temps d'enregistrer un album avant d'être tué dans une embrouille débile d'argent/honneur entre gangsters. Mais je ne suis pas sûr qu'il comprendrait.)

Stéphane : Anal Cunt - "Hitler was a sensitive man" (ndlr : ne pas écouter !)

Quentin : Un truc à lui, en THX sur les enceintes de salon de mon padre. Le petit Wolfgang sera content de voir qu'on respecte enfin son travail et que ses oeuvres ont été enregistrées avec du matériel haute-définition et sur des supports performants.


8. Quelle track conseillerais-tu pour fumer un joint ?


NokiFonky family - "Shit squad"


Siz : There has to be two :

    1)    " Fe Fe Naa Efe" by Fela Anikulapo Kuti. Because Fela is the absolute king and that this song was made to be heard live in an open-air concert in Lagos, under the influence of drogues. At least that's where it takes me everytime I hear it.

AND

    2) "Talk Show Host" by Radiohead. Because Thom Yorke's voice and lyrics take a whole different meaning when you're high on weed. Song is genius and brilliantly produced. Also takes me very far.


(Il y en aurait deux : Fe Fe Naa Efe de Fela Anikulapo Kuti. Parce que Fela est le king absolu et que cette chanson a été faite pour être entendue en live à un concert en plein air à Lagos, sous drogues. Du moins c'est là-bas qu'elle m'emmène à chaque fois que je l'entends. ET Talk Show Host de Radiohead. Parce que la voix et les paroles de Thom Yorke prennent un sens très différent quand on est défoncé. La chanson est géniale et brillamment produite. Elle me fait aussi partir très loin.)


Stéphane : j'ai jamais fumé de ma vie...

Pierre : Léo Ferré - "La Solitude"



9. Le morceau classique que tu préfères ?


Quentin : Tous les tubes d'André Rieu et surtout celui qu'on entendait avant dans les pubs pour les chocolats liégeois à la télé.


Stéphane : J'y connais rien en classique. Le Boléro de Ravel c'est du classique ? La marche turque ? Non j'y connais vraiment rien.


10. La track que tu as le plus écouté dans ta vie ?


NokiIAM - "Demain C'est Loin"


Stéphane : Selon last.fm c'est "Houston we have a problem" de The Queers.

Mais c'est forcément biaisé, last.fm ça a moins de 10 ans et ce titre date de 2007.

Je sais pas, j'hésite entre :

- "Hey Bulldog" des Beatles, que je dois probablement écouter depuis que je suis né (d'aussi loin que je m'en souvienne) ;


- Metallica - "Until it Sleeps". Parce qu'à l'époque y avait pas Internet et qu'on écoutait tout le temps le même CD en boucle ;



- Ugly Kid Joe - "Everything about You" parce que j'ai toujours rêvé (et je rêve toujours) de vivre dans Wayne's World.


 
11. Quelle track pour une partie de pêche en barque ?


Stéphane : Je sais pas putain, il faut pas faire de vibrations quand tu pêches, ça effraie les poissons. On peut pas mettre de grosses basses, c'est comme "La vieille dame du dessus / elle aime pas beaucoup les basses"... Stupeflip - Stupeflip


Quentin : Y a que les touristes (et les gens qui pêchent en eau douce) qui disent "barque". En vrai on dit une plate ou une annexe, une prame à la rigueur. Mais pas une barque. C'est comme dire des "rames", personne fait ça en vrai. Bref le meilleur truc c'est "Intro" des XX. Mais bon ce morceau passe partout et tout le temps donc c'est peut-être un peu de la gruge.



12. Quelle track tu emmènerais avec toi pour une nuit en garde à vue ?


Quentin : On n'a pas le droit d'écouter de la musique en gardave (par contre on a désormais droit à un avocat). Mais bon, si c'était possible : Shaggy - "It Wasn't Me". Ce truc est carrément devenu une stratégie de défense aux assises tellement c'est efficace.


Stéphane : Un truc de rap français caillera genre Nessbeal - "Réalité française"  ou Booba - "Bâtiment C".

Sinon, Leftöver Crack - "One dead cop

SizDe La Soul - "Ring Ring Ring (Ha Ha Hey)" because the track is dope and it's the perfect song to get you back up on your feet once you've been butt-raped in your cell. Plus, you probably won't be answering your mobile phone that night, thus the lyrics.

(parce que ce morceau est dingue et que c'est la chanson parfaite pour te remettre sur pied après t'être fait violer dans ta cellule. En plus, il est probable que tu ne répondes pas à ton téléphone cette nuit-là, d'où les paroles.)

Noki : NTM - "La Fièvre"



Bonus : Quelle track pour passer une nuit fauve?


Stéphane : Un truc de rap british un peu vénère à la Dels - "Shapeshift"  avec des grosses basses de l'enfer qui font bouger la tête, musique à fond dans la bagnole pour aller écumer la ville (pas pour aller pêcher en barque quoi).

Quentin : Leonard Cohen - "I'm Your Man"




Playlist :

Spotify            Deezer         Youtube
  





Plus de Fauve ?  
http://fauvecorp.com/

Facebook Fauve
Twitter Fauve
Youtube Fauve
by ROUGE & HBSN



 



27 octobre 2012

Cashmere Cat – Mirror Maru EP



Imagine.
La Norvège, la fourrure, les traces de pas dans la neige fraîche. Un chat sautille devant toi tentant d'attirer ton attention.
Tu es distrait. Tu es discret. Mais qu'as-tu entendu ?
Ton sourire me laisse un indice.
Ton pelage d'hiver te trahit.
Tu venais d'écouter ça :










Tracklist :





More Cashmere Cat ?

Facebook
Soundcloud
iTunes



 



ALIAT